Françoise De Veyrinas se lâche !
Quand la Mairie de Toulouse se dévoile ...

Comment la Mairie de Toulouse intervient (ou pas) dans la menace d’expulsion

Pas de droit de préemption

Réputée pour son action envers les sans-logis, la mairie de Toulouse est bien sûr partie prenante de la menace d’expulsion du lieu-dit "La Chapelle". Si Monsieur Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, a fait savoir à Monsieur Pierre Samson, ex-directeur de publication du Satiricon, que la mairie n’interviendrait pas dans cette affaire ; on pourra s’interroger quant à l’obtention du Certificat d’Urbanisme par Habitat & Humanisme.

Un certificat d’urbanisme quelque peu rapide ...

Déposé le 10 février 2006, il est validé le 14. Curieusement, trois jours plus tard, le 17 février 2006, le POS (Plan d’Occupation des Sols) devenait PLU (Plan Local d’Urbanisme) et classait le jardin de la chapelle en zone verte donc inconstructible, ce qui aurait alors rendu caduc le projet d’Habitat & Humanisme (H&H). Ce classement en zone verte inconstructible étant le résultat du combat mené par le Comité du Quartier Compans-Cafarelli qui, n’en doutons pas, appréciera qu’on s’assoit ainsi sur ses préoccupations.

Grâce à cette célérité extrême, H&H a donc obtenu la possibilité de construire son immeuble de 4 étages à la place du jardin de la Chapelle, et de la petite maison, côté rue Casanova. La Chapelle étant quand à elle vouée à la simple démolition et à devenir un parking !

Mme De Veyrinas entre en scène

Dernièrement, lundi 29 janvier 2007, interpellée sur le sort des sans abri à Toulouse lors d’une réunion publique des Enfants de Don Quichotte, Madame de Veyrinas a finalement révélé l’implication municipale, confirmant être très au courant de ce projet, affirmant que des logements ( « des maisons relais » sic) étaient justement en cours de réalisation « dont l’un est empêché » par des gens qui « font des activités culturelles » et a finalement suggéré à tous les SDF de l’aider « à libérer ces lieux squattés » (re-sic).

En exclusivité, voici donc l’intégralité des paroles de Mme De Veyrinas concernant ce sujet :