Ouverte sur le quartier et sur la ville, la chapelle accueille régulièrement des projets portés par d’autres associations ou groupes qui investissent alors le lieu, l’Atelier Idéal étant alors très souvent co-organisateur de ces évènements.

Des réseaux et des uns
jeudi 3 juin 2021



Du 2 au 6 juin, une semaine avec des discussions, des projections et des repas dans différents lieux de Toulouse


Pourquoi faire une semaine contre la numérisation du monde et des existences ?

D’abord parce que, grâce au numérique, le confinement a rendu le « monde à distance » plus présent que jamais. Ensuite parce qu’avec la « transition écologique », l’industrie numérique et ses usages font partie du dispositif de « relance », donc de gouvernement, qui sont mis en place pour gérer la catastrophe ambulante qu’est notre monde régit par l’économie. Enfin, parce que nous n’entendons pas rester passifs et impuissants, il nous faut des connaissances, des images et des outils pour faire exister autre chose.

Programme du jeudi 3 juin à La Chapelle

17h-19h Technologies de la jouissance (La Chapelle)

Donna Haraway écrit en 91, qu’il vaut mieux être un cyborg qu’une déésse, c’est-à-dire qu’il faut partir de l’impureté de nos corps-machines plutôt que de rêver à une quelconque origine naturelle. Preciado particulièrement et les théories queer plus généralement pensent les corps comme un amalgame impurs de prothèses, de smartphones comme prolongement de mains, de godemichés, de pilules contraceptives ou pour bander. Avec la mise à l’épreuve de la frontière entre corps et technique et à travers l’exemple des sextoys connectés on peut se demander où l’on jouit lorsqu’on jouit ? Jouit-on avec un organe en peau, dans le cloud, ou par du caoutchouc ?

19h Repas (La Chapelle)

20h-21h Projections et discussions avec les réalisateurs (La Chapelle)

Le passant intégral, Léo Richard, 2017, 10mn

Un talentueux figurant — sans doute le plus talentueux de l’histoire du cinéma — déplore la destruction de son métier par les foules de synthèse, et sa nécessaire reconversion professionnelle dans les technologies de contrôle des foules.

Les idées s’améliorent, Léo Richard, 2018, 20 min

Paris, futur proche indéterminé. Dans les locaux d’une entreprise new tech, des jeunes précaires nourrissent le répertoire de la surveillance informatisée en assignant à chaque geste d’un catalogue vidéo une émotion identifiable. Jusqu’à ce qu’un extrait échappe à toute classification… De par ce qui, dans l’image mouvante et le mystère d’un visage, déborde l’assignation au sens, une exploration avec Lautréamont en ligne de mire de ce que signifie aujourd’hui une politique des corps et des images. (Nicolas Féodoroff)

Rose Minitel, Olivier Cheval, 2019, 26 minutes

Au début des années 1980, Brocatella chante les louanges de la télématique à son ami Niño qui n’y connaît rien. Pourtant, son travail d’employée du minitel rose l’ennuie et ne lui permet pas d’oublier son ex, Electra. Mais l’amour est peut-être à la portée d’un clic… Rose Minitel raconte en trois jours et sept chansons le destin fantasque et tragique de l’une des premières victimes de ces miroirs aux alouettes que tend la télématique aux cœurs trop solitaires.

Ça y est, la semaine commence ! Quelques précisions concernant les lieux où se déroulent les discussions :

Mercredi 2 juin à partir de 18h au local Piquemil, rdv au 6 rue Piquemil, (métro Saint-Cyprien).

Jeudi 3 juin, rdv à partir de 10h et jusqu’à 16h au local Piquemil, puis à partir de 17h à La Chapelle, au 36 rue Danielle Casanova (métro Compans-Caffarelli).

Vendredi 4 juin, à partir de 14h au C.R.AS., 39, rue Gamelin (métro Fontaine-Lestang).

Samedi 5 juin, les discussions devraient avoir lieu à partir de 10h dans la rue du local Piquemil mais, en fonction de la météo, elle pourrait être déplacée à La Chapelle.

Dimanche 6 juin, même combat : on devrait se retrouver à partir de 10h au local Piquemil et, en cas de pluie, on ira plutôt au C.R.A.S.

Pour ces deux dernières journées, on indiquera les décisions un peu au dernier moment en fonction de la météo. À très vite !